Cinq façons d’utiliser la gratitude pour se sentir heureux

Celui qui reçoit avec gratitude un avantage paie la première facture de sa dette. (Sénèque)

Mauvaise humeur après les fêtes de fin d’année

 

Tout au long de ce premier mois de l’année, j’ai reçu un bon nombre de clients souffrant de blues post-vacances. J’ai beaucoup entendu parler de « bonne humeur forcée », « nourriture trop riche » et « matérialisme ». Pour cette année qui vient seulement de commencer, les perspectives sont aussi sombres que la grisaille d’ub ciel d’hiver, avec une dépression obscurcissant l’horizon. Comment se sentir mieux ? Qu’est-ce qui fait le bonheur après tout ?

Un modèle de bonheur

 

Lyubomirsky, Sheldon et Schkade ont proposé un modèle de bonheur basé sur trois piliers principaux du bien-être : la capacité génétiquement prédéterminée d’une personne à être heureuse (elle équivaut à la moitié des différences individuelles de bien-être) ; les circonstances de la vie, telles que le fait d’être marié ou non, d’avoir une bonne situation financière ou non, d’être religieux ou non (environ 10 % des différences individuelles) ; et les actions entreprises de manière à affecter positivement la façon dont on pense et agit (environ 40 % des différences individuelles) (Lyubomirsky et al., 2005).

Ainsi, alors que le bonheur semble inaccessible pour beaucoup en cette période de l’année, Lyubomirsky et ses coauteurs ont conclu qu’il est possible de cultiver et d’entretenir une perspective plus ensoleillée. Il suffit de créer un cocktail de motivation, de méthode et d’élan ; en d’autres termes, il faut vouloir son bonheur, le façonner de la bonne manière et s’y tenir (Lyubomirsky et al., 2011).

Un sentiment de gratitude

 

Si je pars du principe que vous voulez faire la différence et que vous êtes prêt à le faire, quelle est la meilleure façon de le faire ? L’un des secrets est de nourrir sa gratitude.

La gratitude a fait l’objet de nombreuses recherches depuis les années 2000, avec l’avènement du mouvement de la « psychologie positive », qui l’a qualifiée de force humaine, voire de vertu permettant de vivre bien et heureux (Emmons et al., 2004). Par exemple, dans une étude demandant à des étudiants d’université d’écrire trois lettres montrant leur gratitude sur une période de huit semaines, il a été démontré que ce simple geste suffisait à augmenter leur sentiment de bonheur, leur appréciation de la vie et leur gratitude pour ceux qui ne l’avaient pas fait (Toepfer & Walker, 2009).

Ce type d’étude a inspiré la mode de tenir un journal de « gratitude ». Mais il ne suffit pas de noter quelques pensées de gratitude par jour pour que les choses changent vraiment. Au contraire, Robert Emmons décrit plusieurs façons de procéder qui feront toute la différence (Emmons et al., 2004) :

  1. Décidez que vous voulez que les choses soient différentes. C’est la conviction que vous voulez être plus heureux qui compte.
  2. Choisissez la qualité plutôt que la quantité. Prendre le temps d’écrire vraiment en profondeur et en détail sur une seule chose a plus de sens et d’impact qu’une liste rapide et irréfléchie. Et écrire moins souvent mais plus sérieusement compte.
  3. Les gens comptent plus que les choses. Écrire sur ce que les autres ont fait pour vous a plus de sens que d’écrire sur des objets impersonnels.
  4. Pensez à ce que serait votre vie sans ce dont vous êtes reconnaissant. Si vous avez déjà regardé James Stewart dans le film « La vie est belle », vous comprendrez. Le personnage qu’il incarne revit sa vie sans tout l’amour qu’il a reçu.
  5. Chérissez l’inattendu. Les bonnes surprises de la vie apportent un plus haut degré de reconnaissance (Marsh, 2011).

BIBLIOGRAPHIE

 

  • Emmons, RA, McCullough, ME, 2004.La psychologie de la gratitude. Oxford University Press, États-Unis.
  • Sénèque, L. Annaeus, Sur les avantages.
  • Lyubomirsky, S., Dickerhoof, R., Boehm, JK, Sheldon, KM, 2011. Devenir plus heureux demande à la fois de la volonté et une manière appropriée : Une intervention expérimentale longitudinale pour améliorer le bien-être . . Emotion 11, 391–402. https://doi.org/10.1037/a0022575
  • Lyubomirsky, S., Sheldon, KM, Schkade, D., 2005. La recherche du bonheur : L’architecture du changement durable . . Review of General Psychology 9, 111–131. https://doi.org/10.1037/1089-2680.9.2.111
  • Marsh, J., 2011. Conseils pour tenir un journal de gratitude (Document WWW). Plus grand bien. URL https://greatergood.berkeley.edu/article/item/tips_for_keeping_a_gratitude_journal (accessed 01/29/19).
  • Toepfer, SM, Walker, K., 2009. Lettres de gratitude : Améliorer le bien-être par l’écriture expressive. Journal of Writing Research I, 181–198.