Cinq façons d’utiliser la gratitude pour se sentir heureux

Celui qui reçoit avec gratitude un avantage paie la première facture de sa dette. (Sénèque)

Mauvaise humeur après les fêtes de fin d’année

 

Tout au long de ce premier mois de l’année, j’ai reçu un bon nombre de clients souffrant de blues post-vacances. J’ai beaucoup entendu parler de « bonne humeur forcée », « nourriture trop riche » et « matérialisme ». Pour cette année qui vient seulement de commencer, les perspectives sont aussi sombres que la grisaille d’ub ciel d’hiver, avec une dépression obscurcissant l’horizon. Comment se sentir mieux ? Qu’est-ce qui fait le bonheur après tout ?

Un modèle de bonheur

 

Lyubomirsky, Sheldon et Schkade ont proposé un modèle de bonheur basé sur trois piliers principaux du bien-être : la capacité génétiquement prédéterminée d’une personne à être heureuse (elle équivaut à la moitié des différences individuelles de bien-être) ; les circonstances de la vie, telles que le fait d’être marié ou non, d’avoir une bonne situation financière ou non, d’être religieux ou non (environ 10 % des différences individuelles) ; et les actions entreprises de manière à affecter positivement la façon dont on pense et agit (environ 40 % des différences individuelles) (Lyubomirsky et al., 2005).

Ainsi, alors que le bonheur semble inaccessible pour beaucoup en cette période de l’année, Lyubomirsky et ses coauteurs ont conclu qu’il est possible de cultiver et d’entretenir une perspective plus ensoleillée. Il suffit de créer un cocktail de motivation, de méthode et d’élan ; en d’autres termes, il faut vouloir son bonheur, le façonner de la bonne manière et s’y tenir (Lyubomirsky et al., 2011).

Un sentiment de gratitude

 

Si je pars du principe que vous voulez faire la différence et que vous êtes prêt à le faire, quelle est la meilleure façon de le faire ? L’un des secrets est de nourrir sa gratitude.

La gratitude a fait l’objet de nombreuses recherches depuis les années 2000, avec l’avènement du mouvement de la « psychologie positive », qui l’a qualifiée de force humaine, voire de vertu permettant de vivre bien et heureux (Emmons et al., 2004). Par exemple, dans une étude demandant à des étudiants d’université d’écrire trois lettres montrant leur gratitude sur une période de huit semaines, il a été démontré que ce simple geste suffisait à augmenter leur sentiment de bonheur, leur appréciation de la vie et leur gratitude pour ceux qui ne l’avaient pas fait (Toepfer & Walker, 2009).

Ce type d’étude a inspiré la mode de tenir un journal de « gratitude ». Mais il ne suffit pas de noter quelques pensées de gratitude par jour pour que les choses changent vraiment. Au contraire, Robert Emmons décrit plusieurs façons de procéder qui feront toute la différence (Emmons et al., 2004) :

  1. Décidez que vous voulez que les choses soient différentes. C’est la conviction que vous voulez être plus heureux qui compte.
  2. Choisissez la qualité plutôt que la quantité. Prendre le temps d’écrire vraiment en profondeur et en détail sur une seule chose a plus de sens et d’impact qu’une liste rapide et irréfléchie. Et écrire moins souvent mais plus sérieusement compte.
  3. Les gens comptent plus que les choses. Écrire sur ce que les autres ont fait pour vous a plus de sens que d’écrire sur des objets impersonnels.
  4. Pensez à ce que serait votre vie sans ce dont vous êtes reconnaissant. Si vous avez déjà regardé James Stewart dans le film « La vie est belle », vous comprendrez. Le personnage qu’il incarne revit sa vie sans tout l’amour qu’il a reçu.
  5. Chérissez l’inattendu. Les bonnes surprises de la vie apportent un plus haut degré de reconnaissance (Marsh, 2011).

BIBLIOGRAPHIE

 

  • Emmons, RA, McCullough, ME, 2004.La psychologie de la gratitude. Oxford University Press, États-Unis.
  • Sénèque, L. Annaeus, Sur les avantages.
  • Lyubomirsky, S., Dickerhoof, R., Boehm, JK, Sheldon, KM, 2011. Devenir plus heureux demande à la fois de la volonté et une manière appropriée : Une intervention expérimentale longitudinale pour améliorer le bien-être . . Emotion 11, 391–402. https://doi.org/10.1037/a0022575
  • Lyubomirsky, S., Sheldon, KM, Schkade, D., 2005. La recherche du bonheur : L’architecture du changement durable . . Review of General Psychology 9, 111–131. https://doi.org/10.1037/1089-2680.9.2.111
  • Marsh, J., 2011. Conseils pour tenir un journal de gratitude (Document WWW). Plus grand bien. URL https://greatergood.berkeley.edu/article/item/tips_for_keeping_a_gratitude_journal (accessed 01/29/19).
  • Toepfer, SM, Walker, K., 2009. Lettres de gratitude : Améliorer le bien-être par l’écriture expressive. Journal of Writing Research I, 181–198.

10 auto-suggestions positives pour que l’auto-hypnose fonctionne pour vous

L’auto-hypnose n’est pas difficile à apprendre et il existe de nombreux livres et autres ressources pour l’apprendre, comme mon propre cours en ligne gratuit. *

Trouver des auto-suggestions positives appropriées

Cependant, une fois formés, les novices de l’hypnose ont souvent du mal à trouver le bon type d’autosuggestion. Voici une liste pour vous aider à démarrer.

Choisissez l’une des affirmations suivantes et entraînez-vous à vous la dire d’une manière qui vous semble vraiment intéressante. Dites-le à haute voix, et assurez-vous de ne pas répéter mécaniquement la phrase, mais de lui donner un sens pour vous.

Ensuite, mettez-vous en hypnose, détendez-vous, rendez votre état hypnotique encore plus profond en comptant à nouveau, puis répétez la phrase choisie, au moins cinq fois, voire dix si vous le souhaitez. Chaque fois que vous le dites, essayez de l’imaginer et de croire les mots de plus en plus fortement.

  1. Ma mémoire s’améliore chaque jour et je peux accorder toute mon attention aux tâches.
  2. Je me sens de plus en plus calme, détendu et confiant. Je peux le faire.
  3. Chaque jour, dans tous les domaines, je m’améliore.
  4. Je vis dans le présent et mes actions sont cohérentes avec mes propres valeurs.
  5. Je vois les choses de plus en plus en perspective et je suis de plus en plus calme et équilibré.
  6. Chaque jour, je suis plus à l’aise et plus confiant dans toutes les situations.
  7. Chaque jour, je pense, je ressens, je marche et je parle de plus en plus comme la personne que je veux être.
  8. Je parle avec les autres calmement, avec confiance et avec détermination ; de plus en plus, les autres aiment m’écouter.
  9. J’ai le contrôle de ma vie maintenant et je prends des décisions de plus en plus judicieuses.
  10. Chaque jour, j’ai une compréhension de plus en plus profonde de moi-même et je vis plus intensément et avec une plus grande conscience de moi-même.

Une brève histoire de l’auto-hypnose

Tout a commencé en France

 

L’histoire de l’auto-hypnose commence au XIXe siècle en France, lorsqu’un pharmacien de 28 ans, appelé Emile Coué, travaille alors pour le médecin Ambroise-Auguste Liébault (1823-1904). Liébault a beaucoup fait pour faire avancer l’hypnothérapie, et sa clinique près de la ville de Nancy est devenue connue pour promouvoir et même représenter les nouveaux travaux d’hypnose de son époque, basés sur les suggestions.

Liébault est mort en 1904, mais à cette époque, Coué avait mis au point une méthode particulière pour amener un sujet en état d’hypnose, qui reposait sur une série de suggestions pendant que le sujet était encore éveillé.

« Autosuggestion consciente »

 

Coué a alors décidé de développer une nouvelle technique qu’il a appelée « autosuggestion consciente » – en d’autres termes, apprendre aux sujets à s’engager dans l’hypnose par eux-mêmes, en utilisant leurs propres suggestions et imaginations.

Coué a fondé son « autosuggestion consciente » sur deux idées importantes qui ont bouleversé la théorie de l’hypnose de son époque :

  • Le sujet est conscient, de manière normal; il n’est pas inconscient, endormi ou en transe;
  • Le sujet n’est pas sous le pouvoir ou le contrôle de l’hypnotiseur ; il répond parce qu’il accepte volontairement les suggestions positives qu’il entend, par le biais de l’autosuggestion.

La méthode Coué

 

La formule de Coué est encore aujourd’hui célèbre : « Chaque jour, à tous les points de vue, je m’améliore ».

Il ordonnait à ses sujets, de répéter cette phrase au moins 20 fois par nuit, en chuchotant de manière monotone, les yeux fermés, alors qu’ils s’endormaient. Les mots « à tous égards » nécessitaient une attention spéciale, en conscientisant le fait qu’ils se référent à un changement positif à la fois mental et physique.

Il disait également à ses sujets qu’en cas de pensées douloureuses ou de douleurs physiques (auquel cas ils devaient également frotter la zone concernée), il fallait rapidement dire plusieurs fois « ça passe, ça passe, ça passe »). Il a aussi dit :

 » Je conseille aux anglophones de s’en tenir à la version française, il est beaucoup plus facile de dire it passes quickly que l’expression anglaise it is going ou it is passing qui est plus longue et plus maladroite. « 

Coué aurait également déclaré que cette suggestion spéciale devait être dite très rapidement pour bloquer les pensées intrusives négatives, tandis que la phrase (« tous les jours, à tout point de vue… ») devait être répétée lentement et presque pieusement.

Coué disait de sa méthode d’autosuggestion : »C’est une sorte de petit truc. Quand on apprend le truc, il est capable de devenir maître de lui-même. « 

L’anatomie de chaque cerveau est unique

L’anatomie de chaque cerveau est unique

 

Selon une étude menée par des chercheurs de l’université de Zurich, chaque cerveau humain possède une anatomie unique. Cela résulte de facteurs génétiques et des expériences de l’individu.

Selon un article publié par NeuroscienceNews.com, Lutz Jäncke, professeur de neuropsychologie à l’UZH, a pu le démontrer.

Nos expériences laissent des traces dans le cerveau

 

C’est pourquoi les musiciens professionnels, les golfeurs ou les joueurs d’échecs, présentent tous des caractéristiques particulières dans certaines régions du cerveau utilisées pour leurs activités.

Mais même des événements de courte durée peuvent laisser des traces : un bras immobilisé pendant deux semaines laisse le cortex cérébral plus mince dans les zones qui contrôlent le bras en question.

« Nous pensons que ces expériences ont un impact sur le cerveau, ainsi que sur la génétique de la personne, ce qui signifie qu’au fil des ans, chaque personne développe une anatomie cérébrale totalement unique », explique Jäncke.

IRM pour voir

 

Jäncke et son équipe ont examiné le cerveau de près de 200 adultes âgés et en bonne santé à l’aide d’IRM, à trois reprises sur une période de deux ans.

Les chercheurs ont pu identifier une combinaison unique de traits, et la précision était telle que dans 90 % des cas, les individus pouvaient être identifiés par les caractéristiques de leur cerveau.

Progrès dans le domaine des neurosciences

 

« Il y a trente ans, on pensait que le cerveau n’avait pas de caractéristiques uniques. Identifier une personne par l’anatomie de son cerveau était inimaginable », dit Jäncke.

Source: https://neurosciencenews.com

Les cinq traits d’un bon sujet hypnotique

« Suis-je un bon candidat ? »

 

Tout le monde est sensible à la suggestion hypnotique, au moins à un certain niveau, et ce niveau est facile à mesurer.

Mais les psychologues essaient depuis la fin du 19e siècle de déterminer quels traits de personnalité indiquent un bon sujet hypnotique – sans grand succès !

Malgré cela, il existe cinq caractéristiques que l’on retrouve souvent chez les personnes hautement suggestibles, bien qu’il y ait encore beaucoup de personnes qui ne possèdent pas toutes ces caractéristiques et qui sont tout de même très hypnotisables.

Ce qui peut surprendre certains sceptiques, c’est que ces traits humains ne comprennent pas la crédulité, la dépendance ou la soumission.

1. Confiance

 

La confiance est ici le type de sujet qui est certain de sa capacité à répondre à la suggestion et à l’hypnose ; sans surprise, il a tendance à être plus hypnotisable.

Ce sont les personnes qui ne se soucient pas de bien faire les choses ; elles ne souffrent pas d’anxiété de performance.

2. Motivation

 

La motivation est importante ; plus vous voulez être hypnotisé, plus il vous sera facile de vous hypnotiser.

Par le passé, les médecins utilisant l’hypnose dans un cadre médical ont observé que leurs patients étaient plus réceptifs que la moyenne, peut-être parce que les personnes hospitalisées sont souvent très motivées pour accepter un traitement qui pourrait les aider.

3. Intelligence

 

La suggestion est parfois confondue avec la crédulité, mais en fait, plus le niveau d’intelligence est élevé, plus les sujets deviennent hypnotisables.

Il a été démontré que le QI présente une corrélation positive avec les performances dans de nombreux types de tâches, l’hypnose ne faisant pas exception.

La recherche suggère également que plus les gens comprennent l’hypnose, plus ils ont tendance à y répondre.

4. Patience

 

Les recherches suggèrent que les personnes qui s’inquiètent des « distractions » telles que les sons ou autres perturbations pendant l’hypnose ont tendance à progresser plus lentement que les personnes qui acceptent mieux leur expérience.

Il est normal que votre esprit vagabonde un peu, surtout au début.

L’hypnose est une compétence qui peut être apprise et améliorée, alors soyez patient avec vous-même.

5. Imagination

 

Un type particulier d’imagination se révèle être un facteur de la réactivité hypnotique : la capacité à être facilement absorbé, comme dans les films, les romans ou les rêves éveillés.

Il est logique que les personnes qui peuvent être profondément enveloppées dans leur imagination puissent mieux se concentrer sur les images suggérées, comme dans l’hypnose.

Un rappel – ne vous inquiétez pas si vous pensez que vous n’avez pas assez d’intelligence, d’imagination, de confiance, de motivation ou de patience !

Vous pouvez toujours être un bon sujet hypnotique et vous devriez certainement être capable d’améliorer votre réactivité avec un peu d’entraînement et de pratique.

L’Université de Stanford révèle l’activité cérébrale pendant l’hypnose

Il y a bien plus qu’un bon repos.

Une étude récente de l’Université de Stanford menée dans sa faculté de médecine a révélé la neuroscience de l’état hypnotique, publiée dans un article en ligne de Cerebral Cortex.

 

Maintenant, nous savons quelles régions du cerveau sont impliquées.

 

L’auteur principal de l’étude est le Dr David Spiegel, MD, professeur et président associé de la psychiatrie et des sciences du comportement à Stanford, qui a déclaré : « Maintenant que nous savons quelles régions du cerveau sont impliquées, nous pouvons utiliser ces connaissances pour modifier la capacité d’une personne à être hypnotisée ou l’efficacité de l’hypnose pour des problèmes tels que le contrôle de la douleur. Dans le passé, les recherches sur l’hypnose se sont concentrées sur ses capacités à gérer la douleur, la vision et d’autres aspects de la perception, tandis que cette étude s’est concentrée sur l’hypnose elle-même.

Les cerveaux de 57 sujets ont été scannés pendant le type d’hypnose généralement pratiqué pour traiter la douleur, les traumatismes et l’anxiété, et les résultats ont montré des zones spécifiques de changement d’activité et de connectivité neuronale. En particulier, chaque individu a été scanné en se remémorant un souvenir, au repos et pendant deux séances d’hypnose guidée. Les sujets ont été divisés en deux groupes : ceux dont le degré d’hypnotisabilité a été testé comme élevé et un groupe de contrôle dont le degré est extrêmement faible.

Les chercheurs ont constaté pour la première fois une diminution de l’activité dans une région du cerveau appelée le cingulum antérieur dorsal, responsable de fonctions telles que les émotions, le contrôle des impulsions et la prise de décision.

Ils ont ensuite observé des connexions avec le cortex préfrontal dorsolatéral et l’insula, qui sont responsables de la façon dont le cerveau supervise ce qui se passe dans le corps.

Enfin, l’équipe a constaté une baisse dans les parties du cerveau responsables de la liaison entre une action et la conscience de cette action. Ce manque de concentration sur soi, typique de toute activité absorbante comme le dessin ou le golf, est également une caractéristique de l’état hypnotique.

« L’hypnose est la plus ancienne forme de psychothérapie occidentale, mais sa réputation a été diminuée par le jeu des montres pendantes et des capes violettes », a déclaré Spiegel.  » En fait, c’est un moyen très puissant de changer la façon dont nous utilisons notre esprit pour contrôler notre perception et notre corps. « 

Ce qu’est l’hypnose … et ce qu’elle n’est pas

Clarifions certaines idées fausses.

L’hypnose existe depuis des siècles, mais elle est malheureusement entourée de beaucoup d’idées fausses.

Qu’est-ce que l’hypnose … ?

Nous savons tous ce qu’est l’état hypnotique, car nous en faisons l’expérience tout le temps, voire quotidiennement. Souvenez-vous de la fois où…

  • vous conduisiez en voiture et vous vous êtes soudain rendu compte avec surprise que vous veniez d’arriver à destination ?
  • vous vous sentiez somnolent en dormant ou en vous réveillant, mais toujours conscient de ce qui vous entourait ?
  • vous étiez absorbé par une tâche agréable comme le dessin, où vous ne voyez pas le temps passer ?
  • vous regardiez les flammes vaciller dans une cheminée un soir en rêvant ?
  • Avez regardé pensivement une goutte d’eau courir après l’autre sur la vitre d’une fenêtre ?

Ces expériences et d’autres similaires sont de l’hypnose – en fait, nous nous trouvons tous naturellement dans l’état hypnotique plusieurs fois par semaine.

L’hypnothérapie consiste à utiliser cet état psychologique et physiologique naturel pour apporter des changements positifs dans votre vie.

… Et l’hypnose n’est pas…

Beaucoup de gens croient au contraire que l’hypnose signifie être dans une transe profonde et sans sommeil, et il y a beaucoup de choses dans les films et sur scène pour vous le faire croire. Vous pouvez craindre que vous

  • ne serait pas capable d’entrer en transe ;
  • ne serait pas capable de sortir de la transe, et y resterait « coincé » pour toujours ;
  • serait sous le contrôle du thérapeute et obligé de faire des choses stupides ;
  • ne vous souviendrait de rien ;
  • révélerait des choses embarrassantes contre votre volonté ;
  • le thérapeute pourra faire quelque chose à votre cerveau qu’il sera ensuite impossible à annuler

Si vous avez l’une de ces idées fausses, ne vous inquiétez pas, vous êtes loin d’être seul !

Cependant, laissez-moi vous rassurer.

L’hypnose n’est pas une « transe ».

Au contraire, vous êtes dans le même état d’esprit calme et concentré que lorsque vous regardez les gouttes de pluie sur le verre. Ce que nous savons, c’est que dans cet état d’esprit, vous serez plus enclin à répondre aux suggestions positives, simplement en vous concentrant sur les idées suggérées.

L’hypnose ne consiste pas à contrôler votre cerveau.

Personne ne peut vous obliger à faire quelque chose contre votre gré ; en fait, cela ne peut fonctionner que si vous voulez accepter les idées proposées et vous vous imaginez en train d’y répondre activement.

L’hypnose n’est pas dangereuse.

Personne n’a jamais été « bloqué » par l’hypnose, et lorsqu’on travaille avec un thérapeute professionnel responsable, l’hypnose est totalement sûre.

L’hypnose n’est pas une hypnose de rue ou de spectacle.

L’hypnose de scène existe sous diverses formes depuis le 18e siècle, lorsque Franz Mesmer a convaincu la moitié de Paris qu’il pouvait effectuer des traitements magiques grâce au magnétisme ; il a dû s’exiler lorsque Benjamin Franklin et d’autres scientifiques l’ont examiné et ont conclu qu’il était un charlatan. Ce qui se passe aujourd’hui dans les rues ou sur les scènes n’a pas grand-chose à voir avec l’hypnothérapie, ce qui est vraiment dommage.. Elle empêche de nombreuses personnes de se faire soigner.

L’hypnose ne fait pas de choses indésirables dans votre cerveau que vous ne pouvez pas annuler.

Nos difficultés psychologiques et émotionnelles sont causées par des pensées négatives, et l’hypnose cherche à les remplacer par des pensées positives, en vous donnant des suggestions – que vous choisissez ensuite d’accepter ou non.

Le vapotage est-il vraiment meilleur pour vous que la cigarette ?

Au Centre américain pour l’étude des produits du tabac (ACSTP), des chercheurs travaillent avec des psychologues pour clarifier le fonctionnement des e-cigarettes et déterminer si elles sont meilleures pour la santé que les vraies cigarettes.

Le vapotage peut encourager le mauvais usage ou la dépendance.

Dans l’Union européenne, le cadre réglementaire établit que les liquides à vapotage ne peuvent contenir plus de 20 mg par ml. Toutefois, le véritable problème concerne la façon dont les cigarettes électroniques sont conçues. Les dispositifs de vapotage contiennent un élément permettant de chauffer et de transformer en aérosol un liquide contenant un cocktail de solvants, d’arômes et bien sûr de nicotine.

Ces appareils existent en différentes puissances, et certains permettent même aux fumeurs d’augmenter leur puissance dans les réglages ; cela signifie plus de vapeur – et plus de nicotine. En bref, les utilisateurs peuvent contourner les restrictions réglementaires sur la nicotine en augmentant simplement la puissance de leur appareil.

Mais ce n’est pas tout. L’équipe de l’ACSTP a constaté un comportement inquiétant : lorsque le liquide à vaper est pauvre en nicotine, les fumeurs ont tendance à augmenter la puissance de l’appareil pour compenser. En conséquence, non seulement ils consomment plus de nicotine, mais le liquide surchauffé se décompose en substances toxiques, dont le formaldéhyde cancérigène.

Ces comportements sont inquiétants car la popularité des cigarettes électroniques est en plein essor, notamment chez les jeunes. Les données préliminaires montrent une forte augmentation chez les lycéens entre 2017 en 2019, avec 27,5 % des lycéens et 10,5 % des collégiens qui déclarent se piquer. Entre-temps, les conséquences médicales et même les décès associés aux cigarettes électroniques ont mis en évidence le peu de connaissances que nous avons réellement sur leur impact potentiel sur la santé des utilisateurs.

Aujourd’hui, ses partisans affirment qu’elles sont moins nocives que les cigarettes traditionnelles car elles servent de transition vers l’abandon total de la nicotine et contiennent moins de contaminants dangereux. D’autre part, certains signes indiquent qu’elles peuvent être nuisibles s’ils sabotent les tentatives d’arrêt du fumeur ou même encouragent les non-fumeurs à commencer.

L’un des problèmes qui compliquent la recherche est que les appareils et les fumeurs varient tellement. La quantité de nicotine et de substances toxiques consommée dépend d’un algorithme du contenu du liquide à vaper, du comportement de l’utilisateur, comme le rythme auquel il tire sa bouffée et la durée de l’inhalation, ainsi que de la conception même de l’appareil.

Cependant, dans une conclusion importante de la recherche comportementale, l’équipe de l’ACSTP a constaté que les fumeurs de cigarettes électroniques à long terme peuvent obtenir plus de nicotine d’une seule bouffée d’un appareil de vapotage électronique sophistiqué qu’ils n’en obtiendraient normalement d’une cigarette traditionnelle. En d’autres termes, alors que les premières cigarettes électroniques n’émettaient que peu ou pas de nicotine, les appareils plus récents qui arrivent sur le marché sont capables d’en admettre de grandes quantités.

Il en résulte un risque, car si le dispositif ne réduit pas l’envie de fumer, les fumeurs l’utiliseront, mais s’ils le font, le potentiel d’abus est réel : ils travailleront davantage en tirant des bouffées plus rapides et plus profondes pour compenser la faible délivrance de nicotine.

Dans ma propre pratique, j’ai vu des clients me dire fièrement qu’ils avaient arrêté de fumer, mais lorsque je les interroge sur la manière dont ils y sont parvenus, je découvre qu’ils n’ont pas arrêté de fumer – ils se sont simplement convertis aux cigarettes électroniques, une nouvelle habitude adoucie par des arômes de fruits et de menthe. À la lumière de ce qui précède, il existe un risque réel dans l’idée commune selon laquelle le vapotage fournit peu ou pas de nicotine. En outre, dans le cadre de l’arrêt total de la dépendance, l’un des problèmes de ce changement est qu’il est beaucoup plus difficile de déterminer la quantité de nicotine consommée ; avec les cigarettes traditionnelles, l’ampleur du problème actuel et les progrès réalisés peuvent être clairement quantifiés.

La recherche est en cours pour voir comment les utilisateurs réagissent comportementalement aux changements de réglementation. Pourtant, cela ne change rien au fait que le tabagisme, sous quelque forme que ce soit, est une dépendance, et qu’un comportement de dépendance indique que quelque chose de plus profond doit être traité.

RÉFÉRENCES

Weir, Kirsten (2020). Étudier le comportement des fumeurs pour améliorer la santé publique. Monitor on Psychology, 51(5), pp. 72-75.

Faire face au nouvel anormal

La pandémie a tout bouleversé. Entre l’enfermement, la fermeture des écoles, la fermeture des entreprises et la distanciation sociale, tout ce que nous avons connu de la vie quotidienne est soudainement complètement différent, et l’impact sur notre santé mentale est énorme.

Selon un article récent du Lancet, nous sommes entourés d’une pléthore de facteurs de stress : frustration, confinement, ennui, fournitures inadéquates de toutes sortes, pertes financières, peur de l’infection, informations inadéquates, stigmatisation, séparation ou perte d’êtres chers, perte de liberté – et l’impact peut bien durer un certain temps (Brooks et al, 2020). Les survivants du COVID-19 se rétablissent au prix d’un coût psychologique important, qui peut même aller jusqu’à des symptômes de stress post-traumatique (Parker et al., 2015).Dans le monde entier, nous vivons un traumatisme de masse.

Nous pouvons nous en sortir

Heureusement, il existe un vaste corpus de recherches sur les stratégies d’adaptation qui réduisent le stress et encouragent la résilience dans des moments comme celui-ci. Un article récent paru dans Clinical Neuropsychiatry (Polizzi et al., 2020) présente des techniques qui se sont avérées utiles à la suite d’autres événements secouant la terre.

S’aligner sur vos valeurs

COVID-19 semble insensée. Pourtant, des études ont montré qu’après les attentats du 11 septembre 2001, certaines personnes ont pu trouver un sens au non-sens en cherchant à exprimer leurs valeurs personnelles, telles que l’amitié, la gentillesse envers les autres, la compassion, la spiritualité ou la religion. Bien qu’ils aient reconnu la douleur de ce qu’ils vivaient, ils ont particulièrement bien réussi à éviter les difficultés psychologiques et ont retrouvé le sens du contrôle, l’estime de soi et le sens de la communauté en apportant un soutien émotionnel et pratique aux autres. La rumination a été limitée et le sens du possible a été renforcé.

Trouver d’autres moyens de se connecter

Le confinement et l’éloignement social ont été catastrophiques pour nous. Des études menées auprès de survivants de catastrophes montrent toutefois que le fait de se concentrer sur un cercle plus restreint de personnes pour écouter activement, exprimer de l’empathie et partager des ressources, permet de réduire la peur et l’anxiété. Nous avons la chance de vivre la pandémie à une époque où les médias sociaux et la technologie numérique nous aident à le faire.

Même si vous vous sentez seul, cherchez à vivre au mieux votre vie.

Ces recherches montrent également qu’il est important de prendre soin de soi et de prendre du plaisir dans la vie de tous les jours.

Alors que nous sortons de l’enfermement et que nous cherchons la voie à suivre, les trois piliers que je prêche toujours à mes clients sont vraiment importants : une bonne alimentation, un exercice régulier, même un peu, de préférence tous les jours, et un bon sommeil. Le sommeil est difficile à trouver pour certains d’entre nous, de nos jours, mais nous pouvons le favoriser avec des horaires réguliers, en limitant le temps passé devant un écran avant de se coucher, et peut-être en utilisant un enregistrement d’hypnose de relaxation tel que celui que je mets gratuitement à disposition sur mon site web.

Accorder du temps à des activités et des passe-temps stimulants sur le plan mental – mots croisés, peinture, regarder la télévision, écouter de la musique – s’est avéré être un prédicteur clair, par le passé, d’une réduction des symptômes de stress et d’un meilleur équilibre psychologique chez les survivants de traumatismes (Dekel et al., 2016). C’est ce qu’on appelle « l’activation comportementale », un terme fantaisiste qui désigne le fait de se tourner vers des activités de ce type, alignées sur nos propres intérêts, qui génèrent de bons sentiments. Ne les sous-estimez pas. Non seulement ils réduisent le stress, mais ils vous libèrent aussi l’esprit pour vous occuper de ce qui doit l’être (Bonanno et et al, 2010).

Développez votre sens du contrôle

Vous pouvez encore trouver le temps de rire, prendre vos médicaments à temps et à la bonne dose, obtenir les informations dont vous avez besoin pour vous protéger et protéger vos proches du virus, et veiller à ne pas vous surexposer aux médias et augmenter votre stress (Gardin, 2020).

Prendre la distance

TLe virus est réel, mais il ne sert à rien de repousser l’anxiété de toutes ses forces ; se laisser submerger par elle ne sert à rien non plus. Il s’agit plutôt d’apprendre à accepter vos émotions négatives, en sachant qu’elles sont là et quel est leur contenu, mais sans les laisser vous empêcher de vivre votre vie. Tenir un journal de son expérience et de ses réflexions sur les événements s’est également avéré utile pour certains survivants de catastrophes pour y parvenir. La méditation, et en fait toute activité calme et absorbante où vous vous concentrez sur le moment présent, comme le dessin ou les puzzles, vous y aide.

Pratiquez la méditation de l’amour

Cela consiste à tourner les sentiments positifs (tendresse, bonheur, chaleur, compassion) vers soi, en se concentrant sur la zone du cœur, puis en les étendant aux autres et au monde. Il a été démontré que cette seule pratique augmente le bien-être et réduit la dépression, tout en augmentant le lien social (Galante et al., 2014), même avec seulement une session quotidienne de 7 minutes.

Aller de l’avant

La race humaine a vécu d’innombrables tragédies, ce qui nous a permis d’en tirer des enseignements pour développer des stratégies. Ils peuvent nous aider à nous concentrer sur nos valeurs et à trouver un sens, à nous rétablir et à devenir résilients même en cas de pandémie.

_____________________

Notez les deux enregistrements audio gratuits mentionnés ci-dessus

  • L’hypnose pour la relaxation
  • La méditation de l’amour bienveillant

Vous y trouverez également un troisième enregistrement audio gratuit pour vous aider dans ces moments difficiles :

  • L’hypnose pour renforcer le système immunitaire.

_____________________

RÉFÉRENCES

  • Bonanno, G.A. et al, 2010. ‘Peser les coûts d’une catastrophe : Conséquences, risques et résilience chez les individus, les familles et les communautés ». Association for Psychological Science, 11 (1), 1-49.
  • Brooks, S.K., Webster et al, G.J., 2020. « The psychological impact of quarantine and how to reduce it : rapid review of the evidence ». The Lancet, 395, 912–920.
  • Dekel, S. et al, 2016. ‘Posttraumatic growth in trauma recollections of 9/11 survivors: a narrative approach’. Journal of Loss and Trauma, 21, 315–324.
  • Galante, J. et al, 2014. Effet de la méditation basée sur la bonté sur la santé et le bien-être : Une revue systématique et une méta-analyse « . Journal of Consulting and Clinical Psychology, 82, 1101–1114.
  • Gardin, D.R., 2020. ‘L’épidémie de nouveau coronavirus (COVID-2019) : Amplification des conséquences sur la santé publique par l’exposition aux médias ». Health Psychology, 39(5), 355-357.
  • Parker, A.M. et al, 2015. Trouble de stress post-traumatique chez les survivants de maladies graves : une méta-analyse. Critical Care Medicine, 43, 1121–1129.
  • Polizzi, C. et al, 2020. ‘Stress and coping in the time of COVID-19: pathways to resilience and recovery’. Clinical Neuropsychiatry, 17 (2), 59-62.

Prendre rendezvous

Je ne suis pas heureux avec mon thérapeute

Dans toute relation, des malentendus peuvent survenir, et cela est particulièrement important lorsque la relation est entre un client (patient) et un thérapeute.

Cependant, de nombreux clients pensent qu’ils n’ont pas le droit de le fairede ressentir cela – après tout, le thérapeute n’est-il pas celui qui sait tout ?

Mais les thérapeutes sont parfaitement humains ; en effet, une partie de notre formation consiste à apprendre à être sensible à cette relation spéciale de confiance, d’ouverture et de collaboration connue sous le nom d' »alliance thérapeutique » et à la réparer.

Si l’alliance thérapeutique déraille, votre thérapie déraille aussi, car des études ont montré qu’il s’agit de l’élément le plus important pour déterminer si le travail va réussir ou non.

Dites-le

 

Il existe de nombreuses façons dont les thérapeutes peuvent vous bouleverser :

  • donner des conseils non sollicités,
  • parler beaucoup plus que vous ne le faites,
  • mal interpréter ce que vous ressentez, de ne pas vraiment écouter,
  • Ils peuvent porter des jugements, avoir une organisation désordonnée ou commencer la session en retard.

Et il existe de nombreuses façons pour les clients de cacher leurs sentiments négatifs :

  • en prétendant que la thérapie fonctionne pour eux,
  • en jouant avec les suggestions du thérapeute,
  • en cachant leur véritable opinion du thérapeute.

En effet, une étude de 2016 a révélé que 72,6 % des clients ou patients ont menti sur la façon dont ils ont vécu leur psychothérapie.

Malheureusement, cela signifie que leurs besoins ne sont pas satisfaits, et c’est pourquoi il est si important de communiquer sur ce problème.

Trouver les mots

 

Une simple phrase d’introduction comme « J’aimerais parler de ce que je ressens en venant ici » est un bon moyen de commencer.

Après ce début, de nombreux clients pensent qu’ils doivent veiller aux sentiments du thérapeute en disant quelque chose de positif. Vous n’avez pas à le faire. Le thérapeute est celui qui a été formé pour le faire. Vous faites bien d’expliquer ce que tu vous ressentez : « Je suis mal à l’aise avec ce que vous avez dit, et je veux en discuter avec vous » ou « Je n’ai pas besoin d’entendre vos propres expériences de vie, je suis ici pour travailler sur moi-même ».

Un bon thérapeute réagit de manière positive

 

Vous savez que vous avez un bon thérapeute s’il vous répond de manière positive et empathique. Si c’est approprié, ils doivent s’excuser, puis commencer à chercher des moyens d’améliorer les séances, tout en vous félicitant d’avoir eu le courage de vous exprimer.

Toutefois, si votre thérapeute vous dit que vous êtes « résistant », s’il se met en colère, vous juge ou vous met sur la défensive, ou s’il attribue à tort ce que vous dites à vos propres problèmes psychologiques, vous feriez mieux de consulter un autre thérapeute. Ils vont faire plus de mal que de bien.

Aller de l’avant

 

Selon le type de psychothérapie, les thérapeutes peuvent utiliser vos commentaires comme un moyen de renforcer l’alliance thérapeutique.

Dans tous les cas, vous devez avoir le sentiment que vos besoins ont été satisfaits et qu’il vaut la peine de continuer à travailler avec le thérapeute.

 

Prendre un rendez-vous